Le libre arbitre selon R. Balseka